Interview d’Auteur: Béatrice Malleron

Interview d’Auteur: Béatrice Malleron

Qui êtes-vous, en quelques lignes?

Une femme laïque, bientôt 67 ans, très engagée dans l’Église Catholique.

J’ai déménagé 23 fois. Née à Trier en Allemagne. Mon père était militaire. D’une famille catholique.

Un petit cousin prêtre, l’Abbé Augustin Berthault du Cher 1904-1945, martyr de la Foi et de la Charité.

Baptisée le 19 juin 1953, mon parrain de remplacement était un séminariste qui devint prêtre, l’Abbé Brossard.

Maman fut catéchiste. Parcours scolaire chaotique : 3 écoles en un an ! A 8 ans, arrivée en France, à Meaux. Puis, dans le Centre de la France, berceau de mes aïeux.

A 11 ans, je posais mes valises après 15 déménagements. Mais j’ignorais que j’avais un sceau in utéro, comme des freins qui me bloquaient !

A 17 ans, études de Capacité en Droit. J’étais très bonne en français, j’écrivais de belles rédactions !

Appelée à 17 ans par le Père Jean-Michel Bodin à être catéchiste.

Avec mon mari chrétien travaillant dans l’Administration, je reprenais mes valises, 4 déménagements.

Et j’héritais, sans le savoir, par les liens du mariage, d’un esprit de sorcellerie générationnelle !

Après 26 ans de mariage, mon mari m’abandonnait. Grâce à Dieu, je n’ai pas déprimé.

J’ai pu être libérée par une prière d’exorcisme, j’étais peu infestée grâce à ma foi forte, m’a dit le prêtre exorciste.

J’ai eu 3 enfants. Grand-mère de quatre petits-enfants.

Le Christ m’a conduite à la Vérité. Je reprendrai encore mes valises, 4 fois pour obéir à l’Esprit Saint.

Le 8.01.2010, j’ai reçu du Saint Esprit “Oublie les fautes du passé, voici que je fais toutes choses nouvelles. ” Ap. 21,5.

Une journée parfaite commence par? Et se termine par?

Elle commence en me mettant à genoux devant mon Sauveur, mon Libérateur, mon Rédempteur devant une icône du Christ miséricordieux, bénie.

Je prie la Sainte Trinité, j’y suis consacrée. Par les charismes reçus, je suis toujours dans le combat spirituel. J’ai besoin d’être protégée spirituellement.

Je prie presque une heure le matin, souvent je reçois des informations du Seigneur que je note précieusement.

Puis j’avale un rapide petit déjeuner pour être à l’heure à la Messe, suivie d’un temps d’Adoration.

De Saint Pio de Pietrelcina : “livrer constamment le bon combat, nos armes sont la prière, la persévérance, la fuite du mal”.

Je revêts l’armure de Dieu Ep.6,10-18 pour pouvoir résister aux manœuvres du diable et de ses sbires.

J’essaye de lire un ou quatre chapitres de la Bible.

L’après-midi, je récite mon chapelet à la suite de mon engagement à servir les personnes Malades à Lourdes.

J’ai demandé à faire mon Purgatoire sur la terre. Et je travaille à prier pour la libération et la guérison de ceux qui me le demandent clercs et laïcs. Je loue aussi.

Le soir, de nouveau, je prie et je renonce à Satan, à toutes ses œuvres et à toutes ses séductions.

Je prie une prière d’exorcisme à toutes les intentions données.

Et avant de me coucher, je remets mon esprit au Père Éternel.

Pourriez-vous nous raconter comment vous avez commencé à écrire ?

Le Père Bodin a utilisé une de mes rédactions pour faire une homélie !

En 2006, lors d’une guérison intérieure, je recevais du Saint Esprit que j’avais des talents artistiques non exploités. C’était l’écriture.

En 2009, je rédigeais à l’intention de religieux et laïcs un recueil de foriettis dans l’exercice de notre service à Lourdes, intitulé “Servir les Malades les rend heureux et nous rend heureux !”

Il m’a été demandé de l’éditer. Et l’Esprit Saint m’a guidée pour l’éditer.  Je n’écris qu’à Sa demande et je relis avec Lui en priant en langues.

 

Que faites-vous de votre temps libre ?

J’en ai très peu.

J’ai donné à Jésus « mon vouloir humain, ma volonté pour recevoir Sa Divine Volonté afin d’agir avec Lui, en Lui et par Lui dans les actes les plus ordinaires comme les plus extraordinaires de ma journée. »

Je loue, je chante, des chants d’Église, je ris, je regarde les vidéos de vrais prêtres qui nous transmettent le Feu de Dieu !

Je lis le blog du Père Guy Simard.

J’écoute parfois Radio Maria France qui m’a interviewée le 7 mai 2020:

2020-05-07 Interview de Béatrice, hospitalière à Lourdes by Radio Maria France

 

Votre dernier livre est "La Vierge Marie nous annonce des fléaux mondiaux !". Quel est le message que vous voulez passer aux lecteurs ?

Suite aux Apparitions Privées de la Vierge Marie en 2019, Elle a confirmé que tous les fidèles à Jésus-Christ clercs et laïcs étaient attaqués et consacrés à l’esprit démoniaque de l’Antichrist par des moyens dont on n’a pas idée, dans le but de nous contrôler, nous manipuler, nous détruire, faire des expérimentations in vivo, nous abuser, nous violer dans l’invisible, nous posséder, fragmenter notre âme pour nous faire changer abusivement de religion !

Toute maladie introduite par sorcellerie ne peut être guérie par un médecin !

Les agresseurs ne sont pas que des civils, comme disait le Père G. Morand, exorciste, il y a trois fois hélas des ecclésiastiques !

Je fus envoyée par Jésus en 2018 dans un sanctuaire marial où le Responsable avait tout intérêt à me calomnier afin que personne ne me croit.

Je savais qu’il me fallait passer par la Croix.

Ici, je suis traitée de sorcière ! Persécution, humiliations, attaques de mort, de maladies… sont mon lot !

Je suis exclue ! Mais les croix sont « la monnaie qui circule au Ciel ». Offrir nos souffrances pour le salut des âmes.

Seul Dieu peut nous sauver par la prière avec l’aide de la Vierge Marie et des Saints Archanges et Anges gardiens et l’intercession des Saints du Ciel.

Je vous appelle à prier pour sauver la France et les autres nations. Jésus nous dit “Sans Moi, vous ne pouvez rien faire”.

Pensez-vous que l’écrivain a un rôle particulier à jouer dans la société ?

Je pense que l’écrivain peut endosser le rôle de guider, d’informer, d’apprendre, de transmettre ses connaissances, et s’il est chrétien, de faire connaître le Christ.

L’écrivain peut être un vrai témoin s’il est lui-même guidé par l’Esprit du Bien.

Quel serait votre mot d’encouragement pour un nouvel auteur ?

Je fus éditée par deux éditions différentes que j’avais contactées.

Ici, c’est l’éditrice des Éditions Generis Publishing, Madame Rothman qui a eu la bonté de m’écrire pour me demander si je voulais publier un manuscrit. Belle démarche de l’éditrice. On se sent accueillie, respectée, reconnue, je dirais même aimée. Merci, chère Madame Rothman pour votre travail. Nous ne sommes plus des numéros.

J’encourage tout nouvel auteur à venir dans une maison d’édition où il sera accueilli, accompagné, conseillé dans son projet de livre.

Malgré mes problèmes d’ordinateur, Madame Rothman fut à la hauteur.

Je la remercie sincèrement ainsi que son équipe parce que le sujet de mon livre n’était pas facile à éditer.

Que Dieu vous bénisse ainsi que votre maison d’édition.