Interview d’Auteur: Arthur LUBWIKA

Interview d’Auteur: Arthur LUBWIKA

Qui êtes-vous, en quelques lignes?

Arthur LUBWIKA est un théologien chrétien et un chercheur indépendant de nationalité congolaise. Actuellement, il assure des cours de théologie néotestamentaire à l’Université Protestante au Cœur du Congo, en sigle U.P.C.C., située à Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï Oriental en République Démocratique du Congo. Du point de vue littéraire, Arthur LUBWIKA est auteur de nombreux ouvrages à caractère spirituel ou théologique, dont les plus récents sont : Méditation sur l’identité chrétienne aujourd’hui (Harmattan, 2012), Dimanche sans messe en Afrique profonde (Edilivre, 2015) et Je bâtirai mon Eglise (Editions Universitaires Européennes & Croix du Salut, 2017).

Quel est le message que vous voulez passer au lecteur de votre dernier livre "La mission du treizième Apôtre aujourd’hui"?

Dans le présent livre, je rends compte du ministère de l’apôtre chrétien « nonaligné », celui qui n’est pas inscrit dans le répertoire ou annuaire officiel d’une église institutionnalisée ou ainsi établie. Comme il est écrit : « Je vous le dis : si eux se taisent, ce sont les pierres qui crieront » (Luc 19,40), personne ne peut stopper la prédication évangélique dans le monde. Pas même l’apôtre de l’échec de Dieu ! Le Seigneur de la mission trouve toujours une pierre vivante pour redresser l’apôtre déchu et pour porter ainsi secours au peuple abandonné. Dans ce livre, cette pierre éloquente s’appelle : le treizième apôtre. Celui-ci ne répond donc pas au schéma classique d’un apostolat dûment planifié au sein d’une église particulière. Il n’est pas le missionnaire de l’apostolat de toujours tel qu’il s’organise quant au recrutement, à la formation et à l’envoi en mission. Figure christique, le treizième apôtre est choisi par le Seigneur pour répondre ponctuellement de son Nom là où les officiels de l’apostolat font piètre figure.

A qui s’adresse cet ouvrage ?

L’ouvrage s’adresse en général au public qui s’intéresse à l’apostolat des Eglises chrétiennes, et en particulier aux chrétiens individuels qui constituent ces Eglises. Aujourd’hui, il est admis de dire que la mission d’évangélisation dans le monde concerne tous les baptisés, c’est-à-dire tous les fidèles chrétiens. Il sied cependant de souligner que cet axiome ne se justifie que dans la mesure où le comportement missionnaire de ces baptisés obéit aux directives officielles édictées par les hiérarchies qui garantissent la conformité aux doctrines respectives des Eglises. Il se dégage à ce niveau deux catégories des destinataires possibles de l’ouvrage,
à savoir :

les mandataires officiels des Eglises qui, d’un point de vue symbolique, sont représentés par le numéral cardinal 12 (les douze apôtres), soit la marque de la totalité des missionnaires officiellement investis dans les structures des Eglises ;

les missionnaires « non-alignés », c’est-à-dire les missionnaires non mandatés par les responsables qui président au gouvernement des structures ecclésiales en vigueur ; cette catégorie des missionnaires « conseillers à distance » est représentée par le numéral ordinal 13ème (le treizième apôtre), soit par le numéral cardinal 13 (treize) dans l’emploi « missionné 13.

Pour faire bref, c’est spécialement et prioritairement aux missionnaires de la seconde catégorie que s’adresse l’ouvrage présent, sans évidemment négliger les missionnaires de la première catégorie.

Il y a une raison fondamentale dans le choix des missionnaires « non-alignés » comme destinataires principaux de l’ouvrage : la référence à Jésus dans son ministère terrestre. En effet, dans son annonce de l’Evangile, Jésus n’a obéi qu’à l’autorité divine, c’est-à-dire à son Père de qui il tenait son mandat messianique, et non au Judaïsme ni aux Institutions d’Israël d’alors, et encore moins aux Représentants de l’Empire romain. Certes, il y a eu de l’évolution au cours de l’histoire vécue des peuples chrétiens ; mais la référence à l’autorité divine de Jésus, en matière de mandat missionnaire aujourd’hui, demeure une variable très significative quand il s’agit du salut de l’homme brisé par les arcanes compliqués du pouvoir politique en Eglise ou de la négligence des mandataires officiellement
investis.

 

Que pensez-vous de ce défi mondial dû au coronavirus? Comment rester positif ?

Il n’y a pas lieu de s’en douter. Le Covid-19 est un véritable défi pour l’humanité contemporaine qui découvre ses limites dans la gestion de la pandémie du siècle, mais aussi ses capacités à coaliser au niveau planétaire pour lutter contre « un mal qui répand la terreur », pour reprendre les mots de Lafontaine. Quand il pleut dans le monde, il pleuvine dans l’Eglise ! Je restreins ici les angles en parlant de la situation de l’Eglise en temps du Coronavirus puisque c’est sous cet angle justement que se situe mon ouvrage.

Dans cette optique, en tant qu’un espace du monde habité et avisé, l’Eglise est appelée à tirer de son expérience en temps du Covid-19 « du neuf et du vieux » (cf. Matthieu 13,52).

D’abord, l’Eglise s’est jointe sans tarder aux efforts des Etats et Gouvernements du monde pour combattre la pandémie au Coronavirus. Elle l’a fait non seulement sur le plan spirituel mais surtout en s’engageant avec foi dans les structures conçues à cette fin et en engageant ses ressources tant humaines, matérielles que financières ; car, comme le Coronavirus n’épargne personne, personne non plus n’est épargné dans la lutte contre lui.

Ensuite, en application des directives relevant de diverses autorités compétentes pour limiter la propagation de la maladie, l’Eglise a adapté sa liturgie de toujours aux circonstances de l’heure, de façon à épargner le mieux possible les fidèles et leurs pasteurs, en préconisant notamment le respect des mesures d’hygiène et la distanciation sociale. A cet effet, elle a consenti à la fermeture des lieux des cultes et autres lieux des rassemblements publics des fidèles, favorisant ainsi l’émergence même temporaire des églises domestiques et la prise d’une conscience nouvelle de la mission des foyers ou ménages chrétiens.

Enfin l’Eglise contribue par ses canaux de communication à encourager et à redynamiser les recherches scientifiques visant à mettre au point des traitements capables de maîtriser la pandémie au Coronavirus.

Au total, confiante que son Divin Maître lui assure in fine la victoire sur les puissances du mal, l’Eglise assume ses responsabilités dans la lutte contre la pandémie qui terrorise les terriens aujourd’hui. Cette attitude positive de l’Eglise est aussi un message fort qu’elle communique au monde de ce temps qui est confronté à des défis divers, dont celui du Coronavirus. Il s’agit là, non seulement d’un appel à lutter ensemble dans le présent, mais également à envisager ensemble l’après Coronavirus.

Y a-t-il une citation qui vous a marqué ?

« Les contemporains qui renoncent ‘en toute conscience’ à leur propre volonté et à leur propre responsabilité, qui s’en remettent à une autre personne, à une autre organisation ou à un chef ne sont pas dignes d’être mieux traités puisque aujourd’hui personne ne nous ‘contraint’ réellement à adhérer à quelque organisation religieuse que ce soit. Amalole France proclamait à ce sujet : ‘Une bêtise dite par cinq millions d’hommes reste envers et malgré tout une bêtise.’ »

(Jan Van HELSING, Les sociétés secrètes et leur pouvoir au 20ème siècle)

Quel serait votre mot d’encouragement pour un nouvel auteur ?

Nonobstant ce que je viens de dire, je dois reconnaître qu’il existe bien des indices particuliers de collaboration à ovationner dans le marketing de Generis Publishing. Personnellement, je suis fort flatté par l’esprit d’initiative de Generis Publishing, ce qui lui permet d’entrer en relation avec des auteurs au départ inconnus de cette Maison et inversement. J’évoquerais aussi la qualité et la régularité, mieux la ponctualité dont use Generis Publishing dans les contacts avec les auteurs et, ce, même pour des questions de curiosité parfois étrangères à la publication en cours de traitement. Partant, j’encouragerais les nouveaux auteurs à découvrir la richesse relationnelle et communicationnelle de Generis Publishing qui fait de cette Maison d’Edition un partenaire aux talents peu communs.